Notre entretien avec Mariama


Avant ce nouvel album, il y a eu une parenthèse théâtrale avec La Grenouille Avait Raison, une création de James Thierrée, est-ce que cela t'a aidé dans ta composition ?

C'était un projet à part, l'album était déjà écrit, mais cela m'a appris des choses sur la scène. Ça m'a rappelé que lorsque j'étais enfant et que l'on me demandait ce que je voulais être plus tard, je répondais circassienne. J'ai oublié ça et je m'en suis souvenu seulement lorsque j'ai rencontré James qui lui est complètement dedans avec notamment Le Cirque Invisible de ses parents. Ça m'a rappelé des choses, mes rêves d'enfant, et comment je voyais la scène. Ça m'a appris un certain travail, une vraie rigueur.

La manière dont tu dis les choses donne l'impression que tout cela était très naturel et que tu n'étais pas mise en danger. Comment l'as-tu perçu ?

Je pense que James a beaucoup apprécié ce que je faisais et qu'il était facile de travailler ensemble, mais on se met toujours en danger quand on va vers quelque chose qu'on n'a jamais fait. Je n'ai jamais fait ce genre de spectacle. James me demandait de faire des choses, et je ne devais pas me poser de questions. Je me disais : "fuck it, just do it". Ça a marché dans le cadre de son spectacle. Ce n'était pas l'opéra non plus, c'était dans mes compétences.

  • Partager ce contenu
Produits associés

Et si vous rejoigniez la communauté ?

A partir de 21€/mois


S'abonner Offrir

Retrouvez-nous sur Instagram